• Balade, château de Mareuil.

     

     

    Ce week-end, la Chocolat’team recevait : Cyalis était venue passer le week-end. Pas de souci pour elle, elle est habituée à la maison et est très copine avec nos filles. Nous avons l’habitude de la garder quand ses maîtres sont en voyage.

    C’est donc tous les cinq, que nous sommes partis en promenade dimanche après-midi. Il faisait très chaud. Nous avons garé notre véhicule sur une aire de covoiturage (le dimanche, elle est vide) et nous avons marché jusqu’au village pour voir le château de Mareuil.

    Il n’est pas en très bon état, quelques échelles posées ça et là indiquent qu’une restauration de certains murs est en cours.

    C’était le siège d’une des 4 baronnies du Périgord avec Beynac, Biron et Bourdeilles. Ce château a été reconstruit au 15ème siècle sur le site d’une place forte médiévale détruite pendant la guerre de 100 ans.

     

    Nous sommes ici devant le portail d’entrée.

     

    Balade, château de Mareuil.

     

    Balade, château de Mareuil.

     

    Nous avons fait le tour sur la route et voici l’autre face.

     

    Balade, château de Mareuil.

     

    Vu le temps lourd de cette fin d’après-midi, nous n’avons pas poursuivi et sommes retournés au monospace, les 3 filles tiraient la langue et avaient soif.

     

    Balade, château de Mareuil.

     


    24 commentaires
  •  

     

    Passage de la LGV en Charente.

     

    Inaugurée ce week-end la ligne à grande vitesse dite LGV met Bordeaux à 2h04 de Paris (au lieu de 3h15). Elle aura mis 25 ans pour voir le jour.

    Elle a été réellement imaginée en 1992. Nous en entendions parler  bien sûr mais nous ne nous rendions pas compte que c’était un projet pharaonique. Il était très contesté par les écologistes! C’est en 2012, qu'en Charente, les travaux d’infrastructure et de génie civil ont débuté.

    Ensuite de 2014 à 2016, une fois  les ponts  érigés, la construction de la voie de chemin de fer proprement dite a commencé. Pour nous, cela se concrétisait par un ballet incessant sur les routes de camions qui allaient s’approvisionner en pierres et gravier et revenaient à leur chantier.

    Mi-2016, la phase construction était terminée, des essais d’équipement et de circulation ont été réalisés avec évaluation de sécurité. 

    Nous sommes donc partis avec la Chocolat’team voir un de ces trains à une vingtaine de kilomètres d’Angoulême. Cinq minutes avant qu'il n'arrive, nous étions tous  bien en place, sous le soleil.

     

    Passage de la LGV en Charente.

     

    Angoulême étant une ville étape il commençait à reprendre de la vitesse. Pour tenir cette vitesse, il roule souvent en ligne droite, nous l’avons vu arriver de loin, mais il est passé très vite !!

     

    Passage de la LGV en Charente.

    Passage de la LGV en Charente.

    Passage de la LGV en Charente.

     

    Passage de la LGV en Charente.

     

    Quelques chiffres à retenir : (vus sur un journal relatant l'événement).

    302 kms de ligne nouvelle.

    1 360 kms de rails.

    320 kms en vitesse commerciale.

    18 millions de voyageurs attendus sur l’axe Paris-Bordeaux.

    113 communes traversées dans 6 départements. 

    500 ouvrages d’arts importants construits le long du tracé.

    33 allers-retours sont programmés chaque jour entre la métropole bordelaise et la capitale. 

     

    Passage de la LGV en Charente.

     

    Une question me taraude :

    Etait-ce vraiment nécessaire pour la région dans cette période de récession ? Des paysans ont dû céder leurs terres, des propriétaires ont vu leurs maisons rasées. Même s’ils ont été relogés, ce n’est pas facile, j’imagine ! Certaines habitations ont été détruites alors qu’elles n’étaient pas vieilles mais juste trop près des voies ! 

    Il faut souhaiter que ce soit un booster pour notre économie. Déjà des travailleurs ont été embauchés lors de la construction, ensuite les politiques espèrent que la mise en service de cette ligne développe l'économie et par ce biais créent là encore des emplois. Croisons juste les doigts pour qu'ils ne se trompent pas !

     

     

    Passage de la LGV en Charente.

     


    21 commentaires
  •  

     

    Parc du château de Dampierre sur Boutonne.

     

     

    Un jour de canicule, nous sommes allés voir le château de Dampierre sur Boutonne, au bout de la Charente-Maritime, tout contre les Deux-Sèvres.

     

    Parc du château de Dampierre sur Boutonne.

     

    Ce château de style Renaissance dont les travaux ont débuté tout à la fin du 15ème siècle a été achevé au milieu du 16ème.  Il se distingue par un corps de logis avec deux grosses tours rondes à mâchicoulis et deux belles galeries superposées qui en font la renommée. 

    Il fut visité par François 1er, et fut démantelé par Condé pendant les guerres de religion, il abrita sous Henri 2 une cour littéraire, il reçut également la visite du roi Louis 13 avant le siège de St Jean d’Angély, ville voisine.

    Ce monument se visite, c’était un samedi de juin, il y avait beaucoup de monde vers les 16 h qui attendait le guide, mais il faisait très chaud (30° au moins). Il n’était pas possible de laisser les miss une heure dans le camping-car, alors, elles nous ont accompagnées et nous nous sommes contentés de la visite du parc tous les 4. 

    On vous emmène à la découverte ?

     

    Parc du château de Dampierre sur Boutonne.

     

    Disséminées dans les allées, de belles statues très modernes, une fontaine plutôt classique, mais cet anachronisme ne choque pas, tout s’intègre bien dans ce paysage de buis, de verdure.

     

    Parc du château de Dampierre sur Boutonne.

    Parc du château de Dampierre sur Boutonne.

    Parc du château de Dampierre sur Boutonne.

     

    Nous voilà dans un coin bien ombragé, tout à fait calme, on est superbement bien, quoique, une bière et deux bols d’eau seraient les bienvenus !

     

    Parc du château de Dampierre sur Boutonne.

    Parc du château de Dampierre sur Boutonne.

     

    Et voilà la visite des jardins se termine, Pierre s’essaye aux échecs, et on repart.

     

    Parc du château de Dampierre sur Boutonne.


    19 commentaires
  •  

     

     Sentier des Merveilles

     

     

    Nous voici au milieu des sous-bois de Crémaussel, sur un sentier de randonnée. Nous avons choisi d’en faire une partie pour découvrir quelques roches emblématiques du Sidobre. Tout le long de ce chemin de randonnée il y a de gros rochers posés là un peu partout, des gigantesques dalles de granite. Les filles ont pris possession du roc « le Billard ».

     

     Sentier des Merveilles

     Sentier des Merveilles

     

    Notre seconde découverte est le roc de l’Oie : Voici son histoire, telle qu’est est racontée dans le pays. 

    Il y a très longtemps vivait ici un sorcier éleveur d'oies. L'une d'elles était  gigantesque !
    Chaque nuit, elle avait la permission de sortir de son enclos pour aller couver son oeuf géant non loin de Crémaussel. Mais elle devait avoir regagné la demeure du sorcier avant le lever du soleil, sous peine des pires représailles !
    Un  jour elle oublia de rentrer à temps et ne put regagner comme il était convenu, le repaire de son maître. Celui-ci, pour la punir, la changea alors en pierre, ainsi que son oeuf. 
    Il paraît que par nuit de grand vent d'autan et de pleine lune, on entend gémir l'oiseau pétrifié...

     

     Sentier des Merveilles

     Sentier des Merveilles

     

    Un peu plus loin, c’est le roc de l’éléphant.

     

     Sentier des Merveilles

     

    Puis le fauteuil du diable.

     

     Sentier des Merveilles

     

    En conclusion, nous avons fait un joli petit circuit d’une heure environ. De plus, grâce à la forêt, le chemin est ombragé, ce qui est très agréable en ces temps de forte chaleur.

     

     

     Sentier des Merveilles

     

     


    32 commentaires
  •  

     

    Exposition à la maison du Sidobre.

     

     

    Nous avons passé quelques jours dans cette région cachée au fond du Tarn, entre la Montagne Noire et les Monts de Lacaune. Le Sidobre est un immense plateau granitique. Dans la Maison du Sidobre, bâtiment d’accueil de l’Office du Tourisme nous sommes allés voir comment était extrait ce granite. Mais en traversant une salle d’exposition, j’ai vraiment aimé les sculptures sur bois de René Prestat, et aujourd’hui, la Chocolat’team ne sera pas en vedette sur le blog, je veux juste montrer quelques tableaux qui m’ont marquée.

     J’ai adoré notamment ceux relatifs aux 4 saisons, belles images du monde agricole d’autrefois.

    Penchons-nous d’abord sur le printemps. L’auteur a voulu, je pense, nous montrer l’élan du renouveau après le calme de l’hiver. 

    Il a commencé à sculpter des maisons autour d’une église. Les hommes s’activent. Une dame se rend à l’office, un agriculteur plonge la main dans sa besace et sème à toute volée, un couple travaille dans un champ, un attelage avance sous la direction du paysan. Les volailles ne sont pas loin, prêtes à gober quelques vers, les vaches sortent de leur étable et vont au pré mais le chien, guide du troupeau oublie sa mission et taquine le chat.

    Exposition à la maison du Sidobre.

     

    Ensuite, nous attaquons l’été et là c’est une activité débordante qui envahit la campagne. C’est le moment des récoltes. Un couple ramasse et lie les bottes dans un coin inaccessible à toute machine. Un homme maintient son cheval qui s’énerve, et tout en bas du tableau, l’aïeule veut participer et de ce fait avec son chien, apporte dans son panier, la collation et le rafraîchissement à tous les travailleurs.

     

    Exposition à la maison du Sidobre.

     

    L’évocation de l’automne pour René Prestat, c’est une scène de battage comme elle se déroulait autrefois. Du haut de la charrette un gaillard lance l’herbe, deux hommes la pousse dans le ventre de la machine, le grain tombe dans un sac de juter. On voit également le bouvier retenant difficilement son attelage, pendant que deux amoureux content fleurette.

     

    Exposition à la maison du Sidobre.

     

    Et puis, la terre est en sommeil c’est déjà, l’hiver : il est temps de prendre du bon temps en faisant une veillée. Tous, grands et petits sont réunis dans la grande salle de ferme, le feu crépite. Le violoneux joue un morceau, une jeune fille rêve devant la fenêtre, deux ados font une partie de cartes, un commis de ferme danse, deux amoureux sont dans les bras l’un de l’autre, et tout cela sous le balancier de la comtoise qui, imperturbable, marque en cadence, l’imperturbable marche du temps.

     

    Exposition à la maison du Sidobre.

     

     

     


    26 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique