•  

    Moulin, lavoirs – Région de Cognac.

     

     

    Le temps était triste et froid ce dimanche de décembre. Cependant, nous sommes partis en balade dans le cognaçais à la découverte de nouveaux lavoirs.

    Tout d’abord, comme vous le voyez sur notre 1ère photo, nous nous sommes arrêtés sur un chemin de randonnée, histoire de faire courir un peu la meute. 

    Quelques kilomètres plus loin, nous avons fait une petite halte juste pour contempler ce joli moulin bien restauré sur une colline. Depuis, j’ai recherché et appris que ce « moulin de Bellevue » bâti à 93 mètres d’altitude au lieu-dit Chatre a été cédé à la commune de Verrières pour le franc symbolique en 2001 par les derniers propriétaires.  Même s’il a été impossible de lui rendre son activité, la volonté des élus a été de lui redonner son apparence majestueuse et c’est plutôt réussi.

     

    Moulin, lavoirs – Région de Cognac.

     

    Un peu plus loin, nous avons remarqué ce lavoir couvert de tuiles romanes bien entretenu à Malaville. Les murs ont été refaits. C’est un bassin rectangulaire alimenté par une fontaine circulaire protégée par une grille.

     

    Moulin, lavoirs – Région de Cognac.

    Moulin, lavoirs – Région de Cognac.

     

    Nous avons terminé notre promenade, par le village de Roissac, nous voulions voir la fontaine et les lavoirs. La légende de cette fontaine est liée à l’histoire du château de ce village et au roi François 1er. Il paraît que le futur roi enfant, serait tombé dans la source en venant rencontrer les châtelains du pays.

    L’ensemble est remarquable, il est composé de la fontaine pour alimenter l’édifice, un bassin servant à laver le linge, cinq autres à rincer, et le dernier d’abreuvoir. L’eau arrivait par un petit aqueduc en pente dans chaque bassin.

     

    Moulin, lavoirs – Région de Cognac.


    23 commentaires
  •  

     

    Aux alentours de Lalbenque.

     

     

    Aujourd’hui, nous sommes dans le Lot, nous faisons étape à Lalbenque. Nous aimons beaucoup cette cité, étape incontournable de la truffe. D’ailleurs, dès l’entrée, et un peu partout dans la ville, tout nous le rappelle.

     

    Aux alentours de Lalbenque.

     

    L’ensemble des routes qui y conduisent, même les plus petits chemins sont bordés de bois de chênes, tous clôturés, bien évidemment.

     

    Aux alentours de Lalbenque.

     

    Cette région est en plus de la truffe, le domaine de l’architecture de la pierre sèche. Nous traquions ce jour-là les « cazelles », petites constructions de pierre sèche.

     

    Aux alentours de Lalbenque.

     

     Ce sont des petites cabanes érigées sans mortier, les pierres utilisées sont posées non taillées ou légèrement dégrossies. On voit ci et là, des petites pierres mises pour caler l’ensemble et éviter les effets de tassement. L’encorbellement utilisé dans la plupart de ces cabanes est le principe de construction qui permet de couvrir un espace sans l’aide d’une charpente.

    Elles étaient utilisées par le berger, le paysan , ils pouvaient s’y mettre à l’abri en cas d’intempéries, d’autres servaient pour ranger les outils agricoles. Nous en avons vu plusieurs, parfois à côté des maisons, ou tout à fait isolées dans les vignes et les champs. En voici une, facile à photographier car proche de la route.

    Avec la vie moderne, elles n’ont plus eu leur utilité et progressivement ont été laissées à l’abandon. Aujourd’hui, elles font l’objet d’une sauvegarde grâce à certaines associations qui les remettent en état.

    En revenant, dans Lalbenque, à l’entrée, nous sommes passés devant le puits- fontaine-lavoir.

     

    Aux alentours de Lalbenque. 

     

    Je me suis arrêtée pour agrandir ma collection de lavoirs, mais pendant ce temps, Pierre et la meute sont partis d’un pas décidé ! Ils avaient eux, repéré un peu plus loin, un pigeonnier-tour cylindrique à lanterneau très bien entretenu.

     

    Aux alentours de Lalbenque.

    Aux alentours de Lalbenque.

     

    Une dernière photo, et il est temps de rentrer au camping-car, l’orage ne va pas tarder à éclater.

     

     

    Aux alentours de Lalbenque.

     

     


    28 commentaires
  •  

     

    Visite de Kaysersberg

     

     

    Sur la route des vins d’Alsace, nous nous sommes arrêtés dans cette jolie cité qui a obtenu en 2017 le titre de village préféré des français.

    Comme d’habitude, nous avons quitté le camping-car en début d’après-midi, nous savons que les filles sont en sieste, et la p’tite dernière dort aussi.  Donc nous sommes tranquilles : nous pensons qu’elle n’aura pas d’idées de génie pour s’amuser telles qu’elle avait petite. Elle nous a déjà mangé le caoutchouc des pédales, elle avait aussi trouvé amusant de jouer avec l’extincteur, heureusement elle n’avait pas réussi à le dégoupiller ! Enfin maintenant, les bêtises de ce type semblent terminées.

    Avant de partir, Pierre s’assure que tout est bien fermé.

     

    Visite de Kaysersberg

     

    Sa guide touristique l’attend de pied ferme sur le petit pont !

     

    Visite de Kaysersberg

     

    Nous n’avons rien visité de particulier, nous nous sommes simplement promenés dans les ruelles de ce joli village, nous avons contemplé les maisons peintes, fleuries. C’est vraiment ravissant et le titre n’est pas usurpé !

    Visite de Kaysersberg

    Visite de Kaysersberg

    Visite de Kaysersberg

    Visite de Kaysersberg

     

    Là, Pierre est loin devant, il a repéré une belle enseigne de pâtisserie il va voir la devanture

     

    Visite de Kaysersberg

     

    Ben oui !! J’ai craqué !!! Tout est si beau, si appétissant et si bon en Alsace !

     

    Visite de Kaysersberg

     

    Voilà, la pause sans les filles est terminée, nous reprenons le petit pont pour nous rendre au parking.

     

    Visite de Kaysersberg

     

    Et sur une cheminée nous avons eu la chance de voir  une cigogne, je les cherchais désespérément, mais en octobre elles étaient déjà parties (enfin presque toutes !).

     

     

    Visite de Kaysersberg


    28 commentaires
  •  

     

    Saint Hippolyte

     

     

    Lors de notre voyage dans l’Est, nous nous sommes arrêtés dans ce charmant bourg alsacien, et nous sommes tombés sous son charme.  Nous avons commencé par faire faire une balade aux « filles » dans un square voisin du parking, puis nous avons découvert le village sans elles. Depuis qu’elles sont 3, c’est assez difficile de visiter tous ensemble. Quand elles se sont promenées un moment, elles comprennent que c’est notre tour et ne font pas de difficultés, elles vont se coucher tranquilles.

    St Hippolyte se trouve au pied du majestueux château du Haut-Koenigsbourg. 

     

    Saint Hippolyte

     

    Le village est entouré de vignes.  Il y a plusieurs viticulteurs locaux qui proposent de déguster les fameux vins d’Alsace dont un  que nous ne connaissions pas « le Rouge de St Hippolyte » 

     

    Saint Hippolyte

    Saint Hippolyte

     

    Nous ne nous sommes pas attardés sur les caves, nous avons fait un tour du village qui est très typique et joliment fleuri. Les maisons sont souvent à colombages, très colorées, c’est vraiment  agréable de déambuler tout au long des rues. Je vous propose de me suivre.

     

    Saint Hippolyte

    Saint Hippolyte

    Saint Hippolyte

    Saint Hippolyte

     

    Nous avons aimé aussi cette fontaine octogonale en grès rouge datant 16ème siècle située sur la place centrale. Elle est décorée d’un écu avec la croix de Lorraine. Du centre de la vasque s’élance une colonne surmontée d’une grenade enflammée.

     

    Saint Hippolyte

     

    Et voilà ! Une fois la visite terminée, nous avons regagné le Mayflower et sommes repartis pour d’autres aventures.

     

     

    Saint Hippolyte


    24 commentaires
  •  

     

    Maison du pain d’épice à Gertwiller.

     

     

    Durant nos vacances alsaciennes, nous avons découvert un endroit charmant : la maison du pain d’épices. Ce joli magasin interpelle déjà par ses façades. Elles sont décorées de pain d’épices et de différents personnages contenus dans les livres de contes populaires d’enfants tels que Hansel et Gretel.

    Je dois vous préciser que le pain d’épices, moi j’adore…. Mais là dur de faire un choix je ne pouvais cependant pas acheter tout le magasin !

     

    Maison du pain d’épice à Gertwiller.

    Maison du pain d’épice à Gertwiller.

    Maison du pain d’épice à Gertwiller.

     

    La vendeuse nous a gentiment conseillé d’aller jusqu’au laboratoire pour assister à la fabrication et aussi pour déguster !! Nous pourrions ainsi choisir plus facilement. Dans cette structure employant une dizaine de personnes, il est proposé des produits de qualité.

    Pour le fabriquer, il faut préparer une pâte mère composée de farine, sucre, miel et d’un peu d’épices. Ensuite, on la laisse reposer 3 à 6 mois. De la pâte fraîche est incorporée lors du pétrissage. Puis, la pâte est abaissée à l’aide d’un laminoir, mise dans des moules et cuite. Le pain d’épices est alors fait, il ne reste plus qu’à le décorer de sucre glace et le laisser refroidir. 

    Lors de notre visite, nous avons vu les ouvriers détacher les pièces de pain d’épices réalisées ce jour, cuites et refroidies.

     

    Maison du pain d’épice à Gertwiller.

    Maison du pain d’épice à Gertwiller.

     

    Nous avons ensuite dégusté plusieurs variétés toutes aussi délicieuses les unes que les autres. Un bon moment de douceur ! C’est avec grand plaisir que nous sommes repassés par le magasin pour emmener quelques pièces en Charente.

     

     

    Maison du pain d’épice à Gertwiller.

     


    25 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique